L'adolescence peut plonger enfants et parents dans un tourbillon d'émotions. Décoder les comportements, répondre aux besoins de développement de l'enfant et lui offrir un soutien adéquat, voilà autant de défis à relever, mais qui peuvent renforcer la famille si elle dispose des bonnes ressources.

Pour bien des familles, l’adolescence est une période orageuse. Les hormones, le secondaire et les premières peines d’amour peuvent semer le désordre dans la vie d’un ado, même le plus serein. Ce n’est pas difficile que pour les enfants, les parents aussi peuvent se sentir désorientés.

Il peut être ardu et frustrant d’essayer de décoder des comportements incohérents, de déterminer quand offrir son aide et quand se tenir à l’écart, de trouver comment résoudre des conflits et de déterminer la meilleure façon de réagir à des signaux d’alerte. Tant la mère que le père ou les proches peuvent en perdre leur latin.

Pourquoi mon adolescent a-t-il l’humeur si changeante ?

Devenir adulte n’est pas une partie de plaisir. Selon Ester Cole, Ph. D., psychologue, auteure et enseignante auprès des enfants d’âge scolaire et des jeunes, comprendre la transition vers l’adolescence est une tâche colossale sur les plans cognitif, physique et psychologique. Elle attire l’attention sur les grands changements que doivent vivre les adolescents :

  • Atteindre l’indépendance émotionnelle
  • Se préparer à faire des choix et à l’avenir
  • Se faire de nouveaux amis et établir des contacts sociaux
  • Bâtir leurs valeurs et leur code moral, et
  • Accepter le changement graduel de leur apparence physique et de leur rôle sexuel.

Autrement dit, votre enfant a du pain sur la planche ! Ester Cole, Ph. D, explique que « les tâches auxquelles doivent s’attaquer les jeunes sont de taille : ils doivent approfondir leur compréhension, leurs connaissances, leurs valeurs et leurs intérêts tout en faisant face à leur propre confusion, aux transitions à opérer et aux attentes d’autrui ».

Certes, ces changements radicaux ne justifient pas tout le claquage de porte et les airs exaspérés, mais ils peuvent expliquer bien des attitudes déconcertantes.

Est-ce que je peux aider ?

Cogner à une porte de chambre fermée à double tour peut sembler être une tentative vouée à l’échec, mais offrir soutien et compréhension à votre enfant peut s’avérer une démarche essentielle à son développement. Mme Cole, Ph. D, souligne qu’une autonomie accrue, des communications positives, des valeurs claires, un sentiment de compétence et l’occasion de vérifier des croyances personnelles et de faire des choix sont autant d’aspirations des adolescents en devenir.

Offrir affirmation et encouragement, accorder sa confiance et faire preuve de patience sont divers moyens que les parents peuvent utiliser pour favoriser la croissance personnelle et créer un environnement positif.

Bien qu’il ne soit pas nécessairement facile de garder son calme et de continuer à guider son enfant à travers des hauts et des bas, une saine relation avec vous peut avoir une grande incidence sur les décisions que prendra votre enfant. Une étude publiée en 2015 dans la revue Developmental Cognitive Neuroscience révèle que plus la relation parent-enfant est positive moins l’adolescent prendra de risques. Qui sait ? Être en phase avec votre ado vous évitera peut-être d’avoir à cacher vos clés de voiture.

Et si ce n’était pas seulement une question de sautes d’humeur ?

Chez certains adolescents, les sautes d'humeur ne doivent pas être un sujet d'inquiétude, mais un comportement inhabituel pourrait signaler un problème.

Chez certains adolescents, les sautes d’humeur ne doivent pas être un sujet d’inquiétude, mais un comportement inhabituel pourrait signaler un problème. Selon le Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario (SCDSEO), un tiers (34 %) des élèves sont aux prises avec un niveau de détresse psychologique modéré ou grave et un élève sur sept (14 %) subit un niveau de détresse psychologique grave. En tant que parent, il peut être difficile de faire la distinction entre l’ennui typique d’un adolescent et le symptôme d’un problème peut-être grave. Mme Cole, Ph. D, conseille aux parents de demander de l’aide si leur enfant est « renfermé ou préoccupé alors que ça ne lui ressemble pas ».

Où puis-je trouver de l’aide ?

Un diagnostic juste et un traitement adéquat peuvent contribuer grandement au soulagement des symptômes d’une maladie mentale. Une étude citée par l’Association canadienne pour la santé mentale révèle que 80 % des gens qui souffrent de dépression peuvent reprendre leurs activités quotidiennes courantes, moyennant un soutien approprié.

Ester Cole, Ph. D., recommande de « consulter d’abord les professionnels en santé mentale de l’école de votre enfant, y compris l’équipe de soutien scolaire ». L’équipe de soutien scolaire, composée d’enseignants et d’autres membres du personnel scolaire, s’occupe d’élaborer des plans et programmes pour aider les étudiants qui ont des difficultés en milieu scolaire. En outre, le médecin de famille peut adresser les parents vers un psychologue ou un spécialiste autorisé.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le soutien à accorder aux enfants durant les années tumultueuses de leur adolescence et au-delà, jetez un coup d’œil au livre d’Ester Cole, Ph. D., intitulé « Understanding Young Adolescents ». Des ressources gratuites à l’intention des parents et des enseignants comme L’ABC de la santé mentale et l’approche de gestion du stress Stratégies sur le stress de la Fondation de psychologie du Canada contiennent de précieux renseignements sur différents problèmes et traitements de même que des outils fort pratiques.

Lorsque les sautes d’humeur et les mauvaises manières sont de la partie, élever un enfant durant l’adolescence peut sembler presque impossible, mais il suffit d’un peu de compréhension, de soutien et de patience pour que parents et enfant traversent la tempête ensemble.

Votre santé comporte différents aspects et vous devez prêter à chacun une attention particulière. Parlez à un conseiller de RBC Assurances au sujet de l’assurance maladie. Ou appelez-nous au 1 866 262-7920.

 

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.