Vous avez raison de vouloir économiser quand c'est possible, mais vous ne devriez pas compromettre la protection de votre famille pour réduire votre facture d'assurance auto.

Un conseiller autorisé en assurance peut vous aider à personnaliser votre couverture et à réduire vos frais sans compromettre votre protection.

Économies immédiates

Saviez-vous que vous pourriez être admissible à certaines économies en raison de comportements que vous avez déjà ?

Les assureurs offrent des rabais aux conducteurs dont le comportement contribue à réduire le risque d’accident ou de réclamation. Il peut s’agir, par exemple, d’utiliser des pneus à neige l’hiver, de réserver votre véhicule à la promenade de courte distance, ou encore de faire installer un dispositif antivol.

Nouveau conducteur ou étudiant

Les nouveaux détenteurs de permis de conduire peuvent être admissibles à des économies lorsqu’ils passent de la classe apprenti à un niveau supérieur. Avisez aussi votre assureur si certains de vos enfants inscrits comme conducteurs dans votre police fréquentent une école éloignée de votre domicile. Vous pourriez avoir droit à une réduction de prime parce que ces enfants ont un accès limité à votre voiture.

Êtes-vous un nouveau conducteur ? Jetez un coup d’œil à ces conseils sur les choix éclairés concernant votre assurance automobile.

Regroupez vos assurances

Vous pouvez aussi réduire votre facture d’assurance auto en la combinant avec votre assurance habitation, ou en assurant tous les conducteurs de votre ménage auprès de la même compagnie.

Employeurs et associations

Vous pourriez être admissible à un rabais en tant que membre d’un syndicat, d’une association professionnelle ou d’un autre organisme.

Personnalisez votre couverture

Une autre façon de réduire votre facture d’assurance auto consiste à personnaliser votre couverture. Certaines garanties sont obligatoires, notamment la responsabilité civile et les indemnités d’accident, qui offrent une protection en cas d’accident causant des dommages corporels ou matériels. Toutefois, d’autres types de couvertures peuvent être facultatifs, comme la garantie collision, la garantie risques multiples, et l’assistance routière en cas d’urgence.

Assurez-vous que votre couverture répond à vos besoins actuels. Il ne serait pas sage de renoncer à une garantie utile, mais il n’existe pas de couverture universelle, et vos besoins peuvent changer au fil des ans. Votre voiture a-t-elle quelques années d’usure ? Si sa valeur a chuté considérablement, vous n’avez peut-être plus besoin de garanties collision et risques multiples. Vous pourriez aussi songer à augmenter la franchise de votre police, soit le montant à votre charge lors d’une réclamation. Si vous souscrivez une assurance assortie d’une franchise de 1 000 $, votre prime sera probablement moindre qu’avec une franchise de 250 $.

En somme, la personnalisation de votre couverture peut vous permettre :

  • d’économiser en ne payant que les garanties utiles ;
  • de bien protéger l’ensemble de votre famille ;
  • d’adapter votre couverture à votre situation changeante.

Stratégies à long terme

Après avoir trouvé quelques économies immédiates, vous demandez peut-être s’il est possible de réaliser d’autres économies à plus long terme sur votre assurance auto. Eh bien, oui.

Contraventions et accidents

Votre dossier de conducteur est un facteur clé dans la détermination de votre prime d’assurance. Il comprend votre classe de permis, votre expérience de conduite automobile, vos infractions routières, et vos réclamations.

Le plus important, c’est de conduire de façon sécuritaire et de ne pas commettre d’infractions routières – excès de vitesse, refus de céder le passage, distraction au volant, etc. Heureusement, les contraventions de stationnement n’ont pas d’incidence sur les primes d’assurance, mais vous économiserez d’autant plus en les évitant.

Parlons maintenant des accidents. Malheureusement, par définition, un accident peut arriver à tout le monde. Une bonne stratégie à long terme consiste à vous procurer une garantie de pardon afin de vous protéger d’une augmentation de prime à la suite d’un éventuel accident avec responsabilité. Rappelez-vous toutefois que ce genre de pardon ne vous protège qu’après un PREMIER accident avec responsabilité. Tout accident suivant ce premier accident aura tout probablement une incidence sur votre prime.

Cote de crédit (ou cote de solvabilité)

Dans certaines provinces, on peut obtenir une prime réduite si on a une bonne cote de crédit (sauf à Terre-Neuve-et-Labrador et en Ontario, où il est interdit d’utiliser cette cote pour calculer la prime d’assurance auto). Meilleure est votre cote de crédit, plus votre prime d’assurance peut être réduite – à condition que vous acceptiez de divulguer votre cote.

Type de véhicule

Avant d’acheter ou de louer un véhicule, comparez les primes d’assurance exigées pour les modèles qui vous intéressent. L’année, la marque et le modèle d’un véhicule ont une incidence sur le coût de votre assurance. Comme certaines voitures sont plus souvent volées ou accidentées, les compagnies d’assurances imposent des tarifs plus élevés pour assurer ces véhicules. En vérifiant les primes à l’avance, vous pourriez économiser une somme considérable sur la durée de vie de votre véhicule.

Revoyez votre police tous les ans pour vérifier si son contenu est exact et à jour. Renseignez-vous auprès de votre assureur pour connaître les rabais auxquels vous êtes admissible. Un conseiller de RBC Assurances peut vous aider à ce chapitre. Composez le 1-877-749-7224 ou obtenez un devis en ligne aujourd’hui même.

Pour en savoir plus sur l’assurance auto, consultez l’article Comment sont calculées les primes d’assurance automobile.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.