Il est normal d'avoir de bonnes et de moins bonnes journées, mais après une période prolongée de stress, d'anxiété ou d'isolement, il est peut-être temps de vous préoccuper de votre bien-être mental. Le fait de reconnaître un problème constitue un premier pas important pour corriger la situation.

Dans les premiers jours de la pandémie, Leah a participé à d’innombrables activités virtuelles pour remplacer ses sorties habituelles – séances de conditionnement physique, club de lecture, soirées ou nuits de jeux vidéo. Les appels vidéo lui permettaient de garder le contact avec ses parents et amis. Mais après avoir travaillé toute la journée de la maison, elle trouve maintenant ses activités à l’écran moins agréables. Désormais, elle est stressée lorsqu’elle doit participer à des activités virtuelles qui ne sont pas liées à son travail.

« Ça me rend anxieuse de passer encore du temps au téléphone ou à l’ordinateur, confie-t-elle. J’ai l’impression que ma vie se passe en ligne. Je sais que beaucoup de gens traversent de dures épreuves actuellement, mais je sais aussi qu’il y a longtemps que je me suis préoccupée de mon propre état. »

Rapport entre la santé mentale et le temps passé devant un écran

À cause du confinement obligé, beaucoup de gens passent actuellement plus de temps seuls, en ligne et à l’intérieur. L’augmentation du temps passé devant un écran peut avoir un effet nuisible sur la santé mentale, en particulier pendant la pandémie de COVID-19. Selon une étude réalisée en juillet par Statistique Canada, une diminution du temps passé devant un écran, ou un retour au rythme d’avant la pandémie, peut contribuer au maintien d’une bonne santé mentale.

Même ceux qui ont pris de bonnes habitudes pour prendre soin d’eux dès le début de la pandémie peuvent trouver de plus en plus difficile de conserver leur équilibre mental. En occupant tout son temps à des activités en ligne, Leah a négligé de nombreuses mesures pour maintenir sa santé mentale et son bien-être.

« J’ai commencé à me rendre compte que ce sont les petites choses qui m’apportent le plus de joie », témoigne-t-elle.

Premier pas : reconnaître le problème

Ça peut sembler simpliste, mais le fait de reconnaître un problème de santé mentale – chez soi ou chez un proche – constitue un premier pas important pour corriger la situation.

Quand Leah a commencé à se rendre compte que ses activités à l’écran menaçaient sa santé mentale, elle a fait un premier pas en joignant une amie par téléphone, et non par vidéo.

« Parfois, je ne suis plus capable de regarder quelqu’un à l’écran, même s’il s’agit d’une amie. » Elle ajoute qu’elle et son amie parlent de leur état d’esprit si l’une d’elles a eu une dure journée, ce qui leur permet de surmonter la gêne associée à la santé mentale.

« C’est rassurant de savoir que tout le monde souffre de la situation d’une façon ou d’une autre, dit-elle. Parfois, ça fait une énorme différence, juste d’en parler. J’ai aussi constaté qu’il y avait des effets positifs à être dans la nature ou à parler directement à quelqu’un. »

En apprendre davantage sur le bien-être mental

La solitude et les problèmes de santé mentale peuvent être difficiles pour quiconque. Il est normal d’avoir de bonnes et de moins bonnes journées, mais après une période prolongée de stress, d’anxiété ou d’isolement, il est peut-être temps de vous préoccuper de votre bien-être mental ou de celui d’un proche.

Le fait d’en apprendre davantage sur la santé mentale peut contribuer à améliorer votre bien-être mental. Il existe aussi de nombreuses façons d’obtenir de l’aide, pour vous ou pour un proche, dont les programmes de bien-être sur plateforme numérique et les services de consultation virtuelle.

Signes indiquant que vous devriez consulter un psychologue

Selon la Commission de la santé mentale du Canada, seulement une personne sur trois se fait traiter lorsqu’elle souffre d’un problème de santé mentale, ce qui est bien moindre que ce qu’on constate pour les autres problèmes de santé.

Suivant les recommandations de MentalHealth.gov, prêtez attention aux signes suivants:

  • Sommeil trop court ou trop long
  • Tendance à se retirer de ses activités sociales habituelles
  • Manque d’énergie, torpeur, sentiment d’impuissance, désespoir
  • Consommation accrue de tabac, d’alcool ou de drogues
  • Humeur changeante, irritabilité ou colère non contenue
  • Anxiété ou dépression
  • Vulnérabilité aux comportements autodestructeurs
  • Incapacité à accomplir ses tâches quotidiennes

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.