Avoir un enfant dans la vingtaine a été le moment le plus excitant – et le plus terrifiant – de ma vie. Vingt-six ans plus tard, voici ce que j'aurais aimé savoir lorsque j'étais une mère terrifiée qui a eu son premier enfant dans la vingtaine.

Avoir un enfant dans la vingtaine a été le moment le plus excitant – et le plus terrifiant – de ma vie. Alors que je m’adaptais au manque de sommeil, à l’allaitement et au changement de couches, j’étais tout simplement émerveillé par mon magnifique bébé – et je doutais de tout ce que je faisais. Aujourd’hui, je suis la mère de quatre enfants : deux garçons, âgés de 26 et 23 ans, et deux filles, de 7 et 4 ans.

Après avoir élevé deux garçons qui sont maintenant des jeunes hommes indépendants, en bonne santé et gentils, je m’inquiète beaucoup moins. Vingt-six ans plus tard, voici ce que j’aurais aimé savoir quand j’ai eu mon premier enfant alors que j’étais une mère terrifiée dans la vingtaine.

Une bouchée de sable au terrain de jeux n’est pas (forcément) fatale.

Je paniquais quand mon premier (un garçon) et mon deuxième (aussi un garçon) mangeaient de la terre, ce qu’ils ont fait plusieurs fois, habituellement dans le carré de sable du terrain de jeux. Malgré mes craintes que cela endommage leurs systèmes digestifs de manière permanente, ils ont grandi et sont en parfaite santé. Alors cela me dérangeait moins que mes filles veuillent goûter à de la terre, chose qui, heureusement, ne les a jamais intéressées.

Tous les enfants apprennent (tôt ou tard) à se servir du petit pot.

Que vous ayez des filles ou des garçons, ils finiront par apprendre à s’en servir. Ne vous en faites pas si votre petit dernier n’utilise pas le petit pot à l’âge de deux ans, ou même à trois ans, quoi qu’en dise votre mère. L’âge auquel ils maîtrisent cette aptitude non négligeable ne reflète pas la manière dont vous les élevez. Et en passant, il en va de même pour la parole, la marche et la capacité de passer du gobelet à un vrai verre.

Manger un sandwich au beurre d’arachides pour souper ne retardera pas la croissance de votre enfant.

J’aimerais pouvoir retourner en arrière et dire à la jeune mère que j’étais que le fait de manger un sandwich au beurre d’arachide et à la gelée de temps en temps pour souper ne retardera pas la croissance de mon enfant. C’est parfois nécessaire en raison des horaires de fou au travail et des activités sportives.

Donnez-vous de l’espace. La vie est difficile, et les attentes sont élevées envers les parents, alors si vous ne réussissez pas à avoir un souper équilibré tous les jours, ne vous en faites pas trop. Vous ne serez pas toujours aussi occupée.

Les études universitaires coûtent CHER, et elles arrivent rapidement.

Vous trouvez peut-être qu’il est difficile d’inclure les frais de garderie dans votre budget maintenant, mais vous devrez penser au collège ou à l’université plus tôt que vous le croyez. Le temps passe vite, alors ne remettez pas à plus tard le moment de commencer à économiser pour les études de vos enfants.

La triste réalité, c’est que votre enfant ne peut pas payer ses études universitaires au complet en travaillant pendant l’été alors qu’il est au secondaire. Vos enfants auront besoin d’une aide financière, que ce soit sous forme d’une marge de crédit pour étudiant, d’un prêt, de bourses d’étude ou d’économies supplémentaires pour compléter le montant qu’ils réussissent à épargner.

Comme je l’ai découvert, même de petites cotisations régulières à un régime enregistré d’épargne-études (REEE) peuvent fructifier de manière considérable avec le temps. Cette croissance est possible grâce à la magie des revenus de placement composés et aux autres avantages du REEE comme la subvention canadienne pour l’épargne-études, le bon d’études canadien et les mesures incitatives offertes par le gouvernement provincial aux familles admissibles. Comme mes enfants semblent avoir assez de jouets, je suis toujours heureuse lorsque des membres de la famille leur donnent des cadeaux d’anniversaire sous forme de chèques, que nous versons ensuite dans leur REEE.

C’est une question de temps, pas de jouets.

Ce conseil est plus facile à comprendre qu’à mettre en pratique. Mes fils disent que leurs plus beaux souvenirs, ce sont les histoires que je leur lisais au coucher et les moments que nous passions ensemble lors de pique-niques à la plage. Ce ne sont pas les jouets coûteux que je m’efforçais de leur acheter à Noël.

N’oubliez pas de prendre le temps de créer des souvenirs, même si vous êtes occupée à bâtir une carrière, si vous suivez des cours du soir et êtes épuisée.

Prenez le temps de parler à vos enfants et de les écouter. Demandez-leur à quoi ils pensent, et écoutez-les vraiment. Cela montre que vous accordez de la valeur à ce qu’ils pensent et à ce qui les préoccupe. Puis dites-leur ce qui est important pour vous. Lorsque j’ai eu des craintes pour ma santé au début de la trentaine, j’ai longuement réfléchi à ce que je voulais que mes jeunes fils sachent si je n’étais plus là pour leur donner des conseils quand ils deviendraient de jeunes adultes. Comme j’ai déjà été une conseillère financière, le conseil financier le plus simple que je pouvais leur donner était d’épargner 10 pour cent de tout ce qu’ils gagnaient. Ses deux fils disent qu’ils s’en souviennent encore. (J’espère qu’ils le FONT vraiment.)

Les journées sont longues, mais les années sont courtes.

Finalement, soyez attentif à chaque étape incroyable du développement de votre enfant.

Ces premières années peuvent sembler longues lorsque vous tentez de vous occuper d’un jeune enfant et d’un nouveau-né, de survivre aux nuits blanches, aux bébés qui percent leurs dents et à nos hivers canadiens interminables. Mais au fur et à mesure que vous traversez avec eux les années préscolaires et la période de l’école primaire, les années passent de plus en plus vite. (Bon, il est vrai que la période de l’adolescence peut s’éterniser quelque peu. Mais s’ils peuvent arriver à l’âge de 19 ans en un seul morceau, ils peuvent être aimables de nouveau).

Malgré les difficultés, essayez de profiter de tous les moments que vous passez avec votre enfant, à chaque âge. Ils grandissent tellement vite.

Découvrez comment l’assurance vie peut protéger votre famille.

Vous préférez parler à quelqu’un ? Composez le 1 866 223-7113 ou trouvez un conseiller près de chez vous.

 

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.