Vous pourriez devoir modifier votre budget afin de vivre selon vos moyens en fonction des circonstances. Assurez-vous d'évaluer chaque poste avec soin et demandez-vous si vous pouvez faire certains rajustements plutôt que de supprimer un poste complètement.

Nous avons tous des périodes où nous devons rajuster notre budget et trouver des façons de réduire nos dépenses, mais quelles dépenses devrions-nous réduire ou éliminer ? Si vous passez en revue votre budget, vous pourriez vous demander si vos primes d’assurance en valent la chandelle. Vous vous demandez peut-être : ces primes mensuelles d’assurances vie, invalidité et locataire sont-elles vraiment nécessaires ?

En vérité, vos primes d’assurance ne se trouvent pas dans la même catégorie que vos autres dépenses mensuelles. C’est-à-dire que vous n’êtes pas en train d’acheter un article tangible, comme un iPhone ou un repas livré par UberEats ni un service comme Netflix ou Spotify. À la place, votre prime paie une assurance qui aide à protéger votre argent – qu’il s’agisse de votre revenu futur ou du coût de remplacement de vos biens en cas d’événements peu probables, mais financièrement dévastateurs. C’est pourquoi vous devriez y penser à deux fois avant d’éliminer l’assurance de votre budget.

Pourquoi payer des primes d’assurance ?

La protection que procure l’assurance peut être un aspect très important de votre plan financier global et de votre sécurité financière. Par exemple, si votre famille compte sur votre revenu pour payer ses factures et épargner pour réaliser des objectifs futurs, ces plans pourraient changer considérablement si votre revenu disparaissait subitement. Cela pourrait se produire si vous vous blessiez grièvement ou deveniez gravement malade et que vous ne pouviez plus travailler ou — dans le pire cas — si vous décédiez subitement.

Par conséquent, même si vous avez l’impression de « ne rien obtenir » en échange de vos primes mensuelles, en réalité, vous transférez le coût d’une perte potentielle à votre compagnie d’assurance. Donc, si un imprévu perturbe votre vie et menace vos finances, le paiement de votre demande de règlement aidera à compenser ses effets.

Quelle est la probabilité que vous ayez besoin de votre assurance ?

Contrairement à la croyance populaire, les incidents nécessitant une protection d’assurance se produisent plus souvent que l’on ne le croit. À l’occasion, les gens peuvent choisir d’assumer leurs pertes financières eux-mêmes, mais ce n’est pas toujours une option viable. Voici quelques exemples d’incidents courants qui pourraient nécessiter une protection financière, qu’il s’agisse de votre revenu si vous ne pouvez pas travailler ou même d’une perte dans votre maison. Selon un rapport du Council for Disability Awareness une personne moyenne de 20 ans a plus de 25 pour cent de probabilité de devenir invalide avant sa retraite. Et la Croix-Rouge canadienne dit que l’une des situations d’urgence les plus courantes auxquelles sont exposés les Canadiens est l’incendie résidentiel.

Dans l’ensemble, l’assurance est conçue pour aider à couvrir une perte, un dommage, une maladie, une blessure ou un décès soudain et imprévu. Même si nous n’aimons pas penser que de tels événements négatifs pourraient nous arriver, voici une question importante à se poser : suis-je financièrement prêt à assumer une perte en cas de problème ? Vous pourriez y parvenir au moyen de l’épargne ou d’une assurance.

Quelle est la place de l’assurance dans votre budget ?

L’assurance est un outil important parce qu’elle peut vous aider à atténuer une perte financière potentielle causée par un imprévu. Voici les étapes qui vous aideront à déterminer comment continuer d’intégrer l’assurance à votre budget.

La première étape consiste à dégager chaque prime d’assurance lorsque vous passez en revue votre budget.

La deuxième étape est de consigner les montants d’assurance pour lesquels vous versez ces primes. Vous devriez savoir qu’il existe des moyens pour réduire le coût de votre assurance, sans avoir à l’éliminer complètement de votre budget.

  • Par exemple, avec l’assurance invalidité, vous pourriez augmenter le délai de carence avant le versement de la prestation si vous devenez invalide, ce qui pourrait réduire le coût de vos versements mensuels.
  • Pour l’assurance vie, vous pourriez vérifier si vous avez le bon montant d’assurance — pourriez-vous réduire le montant de la prestation de décès tout en couvrant les besoins de votre famille ?
  • Avec l’assurance locataire, vous contrôlez le montant de votre couverture et la franchise à payer s’il vous arrivait quelque chose.
  • Pour l’assurance auto, à l’exception d’un véhicule loué ou financé, vous pouvez choisir de couvrir la perte de votre propre véhicule ou les dommages qu’il subit ou choisir uniquement l’assurance responsabilité civile obligatoire.

La troisième étape consiste à prioriser les changements que vous êtes à l’aise de faire en fonction de votre situation. N’oubliez pas que vous pouvez toujours avoir cette discussion avec un conseiller autorisé en assurance et lui demander de passer en revue votre police avec vous afin de déterminer les changements à y apporter pour vous aider à faire vos versements.

L’un dans l’autre, l’assurance devrait faire partie des plans que vous faites pour vos finances, au-delà de votre budget quotidien. Cela signifie que vous devriez comprendre ce que vous obtenez en échange de vos primes mensuelles et que vous devriez être sûr d’avoir bien fait correspondre les bons types et montants d’assurance à vos besoins.

Un conseiller en assurance de RBC peut vous aider à comprendre le type et le montant d’assurance qui vous convient et comment l’intégrer à votre budget.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.