L'investissement socialement responsable permet aux investisseurs d'utiliser leur argent afin de générer des retombées positives, tout en bénéficiant d'un potentiel de rendement attrayant.

Cet article a été initialement publié sur Découverte et apprentissage le novembre 30, 2021.

Ces dernières années, l’investissement socialement responsable (ISR) a pris un essor considérable. En effet, les investisseurs ont découvert qu’ils pouvaient utiliser leur argent pour favoriser des investissements qui s’attaquent à des enjeux environnementaux et sociaux. Selon SIMFUND Canada, les Canadiens ont investi plus de 3,2 milliards de dollars dans des fonds canadiens reposant sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) en 2020. L’actif net total de ces fonds s’élève à plus de 22 milliards de dollars, une hausse de 37 % par rapport à l’année précédente.

Des études ont montré que les sociétés faisant partie de fonds ISR disposent de meilleures pratiques sur le plan environnemental, social et de la gouvernance qui les rendent plus viables à long terme, et donc moins volatiles sur le plan financier. Les pratiques éthiques d’une société diminuent aussi le risque qu’elle soit impliquée dans des scandales, des actions en justice ou d’être victime de catastrophes.

Tous ces facteurs peuvent se répercuter sur le cours des actions et avoir une incidence positive sur le rendement pour les investisseurs.

Comprendre l’ISR

Le secteur de l’investissement responsable comporte son lot d’expressions et d’acronymes, p. ex. « investissement d’impact » ou les acronymes ESG et ISR, qui sont parfois employés de façon interchangeables. Bien comprendre les différences entre ces termes peut aider les nouveaux investisseurs à y voir plus clair.

En ce qui concerne l'ISR, les placements sont choisis – ou exclus – en fonction d'un ensemble de normes et de critères qui correspondent aux valeurs des investisseurs.

À titre d’exemple, une société peut être considérée comme un placement responsable si son conseil d’administration est diversifié. En revanche, un fabricant d’armes ne le serait pas. En parallèle, l’investissement en fonction des critères ESG tient compte de la manière dont les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance modulent, de façon positive ou négative, les résultats d’une société (et donc le rendement des investisseurs).

L’investissement d’impact est une façon d’investir votre argent de manière à générer des retombées positives et mesurables sur le plan social ou environnemental. Bien que l’investissement socialement responsable et l’investissement d’impact aient tous deux pour objectif de produire un impact sur le plan social tout en offrant un rendement financier, l’investissement d’impact vise un changement à un moment plus précis et produisant de plus grandes retombées. L’investissement d’impact fait souvent intervenir des fonds privés d’investisseurs institutionnels, tandis que l’investissement socialement responsable concerne des placements à la portée de tous les investisseurs individuels.

Un investisseur peut se montrer socialement responsable de plusieurs façons

Il ne suffit pas de prendre en compte les paramètres de rendement ordinaires tels que les bénéfices, la croissance et la marge bénéficiaire pour sélectionner des investissements socialement responsables. Il faut également examiner si les pratiques commerciales correspondent – ou non – aux valeurs de l’investisseur. Pour choisir les sociétés d’un fonds, un gestionnaire de fonds peut utiliser deux méthodes : la présélection positive ou la présélection négative.

La présélection positive est un processus identifiant des sociétés qui ont des retombées favorables sur le plan social ou environnemental. Les sociétés ayant de meilleures pratiques ESG que leurs concurrentes auront plus de chances d’être retenues dans le fonds. Bien que les techniques de présélection positive mettent l’accent dans de nombreux cas sur des organisations qui font activement la promotion de pratiques durables ou favorables sur le plan social, la présélection positive ne se cantonne pas à investir dans des sociétés de secteurs à vocation environnementale ou sociale. Les sociétés fortement engagées sur le plan de leurs pratiques ESG, tous secteurs confondus, peuvent être considérées comme des investissements socialement responsables.

La présélection négative est l’une des méthodes les plus fondamentales pour distinguer les investissements socialement responsables de ceux qui risquent d’avoir une incidence négative sur la société. Il s’agit d’un des processus les plus courants pour écarter les sociétés qui ne sont pas en accord avec les valeurs des investisseurs, par exemple celles exerçant leurs activités dans les secteurs de l’alcool, du tabac ou des jeux de hasard, des organisations impliquées dans des violations des droits de la personne ou des dommages à l’environnement ou des sociétés qui ne respectent pas les normes en matière de diversité.

Les deux méthodes permettent d’obtenir des investissements socialement responsables. Alors que la présélection négative évite aux investisseurs d’appuyer des pratiques qu’ils n’estiment pas souhaitables, la présélection positive fait la promotion des sociétés qui s’attachent à faire le bien.

Investir en accord avec vos valeurs peut rapporter gros

Pour les Canadiens cherchant à investir dans des fonds qui peuvent faire la différence dans le monde, l’avenir est prometteur. De nouveaux fonds continuent d’être créés à mesure que l’investissement socialement responsable gagne en attrait. Les sociétés affichant de solides pratiques éthiques et environnementales devraient mieux réussir à long terme puisqu’elles sont plus viables. Avec une situation telle que celle-ci où tout le monde sort gagnant, il n’est pas étonnant que les Canadiens se tournent de plus en plus vers des investissements socialement responsables.

Vous souhaitez investir dans un fonds ISR ? Adressez-vous à votre conseiller en assurance pour en savoir plus sur les nouveaux fonds que nous offrons pour vous aider à atteindre vos objectifs et respecter vos valeurs.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.