Avant de souscrire une assurance auto, il est important de faire des recherches et de bien comprendre la couverture que vous obtenez avant de passer à l'action. N'hésitez pas à poser des questions pour être certain de prendre la bonne décision.

Meghan Parkinson a acheté sa première voiture dès qu’elle a obtenu son diplôme universitaire. C’était un achat important, mais qui allait lui permettre d’être plus autonome, que ce soit pour se rendre au travail, faire des courses ou être prête à toute éventualité. À ce moment-là, Meghan (maintenant âgée de 24 ans) ressentait le fardeau de son endettement à plus d’un égard. Les prêts étudiants, le loyer et l’épicerie étaient ses dépenses les plus importantes, sans parler des autres coûts comme les frais de son forfait de téléphone cellulaire et d’abonnement au câble.

« Lorsque j’ai acheté ma voiture, j’avais pratiquement épuisé toutes mes économies, » affirme-t-elle, en précisant qu’elle a payé sa voiture comptant, grâce à l’argent qu’elle a économisé en occupant divers emplois à temps partiel. « Bien que l’achat d’une voiture puisse être associé à un certain prestige, on ne peut pas en dire autant de l’assurance », dit Meghan. Toutefois, elle savait qu’il était important de trouver une couverture convenant à ses besoins.

Ce qu’en pensent les experts

Il est important de comprendre certains des facteurs pris en compte dans le calcul de votre prime d'assurance, et votre dossier de conduite fait partie de ces facteurs.

« Je crois que je consacre beaucoup plus de temps à faire des recherches sur l’assurance automobile que la plupart des gens de mon âge, dit-elle. J’ai cherché des compagnies d’assurance en ligne et j’ai communiqué avec elles par téléphone. Ma plus grande préoccupation était de trouver la compagnie qui allait m’offrir le meilleur prix et le plus grand d’options de couverture. »

Lorsqu’ils obtiennent leur permis de conduire, de nombreux jeunes conducteurs sont ajoutés comme conducteur « occasionnel » ou « secondaire » à la police d’assurance automobile de leurs parents. Adam Mamdani, vice-président, Réseau externe de vente à RBC Assurances, dit qu’il est utile de se constituer un historique le plus tôt possible, et que c’est un bon moyen d’y arriver.

« Si vous êtes assuré par la police de vos parents à titre de conducteur occasionnel, vous pouvez économiser, prendre de l’expérience et vous constituer un historique », affirme-t-il. « Mais lorsque vous êtes prêt à acheter votre propre voiture, votre assurance sera probablement différente de celle de vos parents, car vous n’avez pas le même nombre d’années d’expérience qu’eux. »

Il est important de comprendre certains des facteurs pris en compte dans le calcul de votre prime d’assurance, et votre dossier de conduite fait partie de ces facteurs. M. Mamdani ajoute que les compagnies d’assurance vous fourniront une soumission reposant sur des facteurs comme votre dossier de conduite, le type de véhicule et les périodes sans couverture d’assurance, entre autres.

Parfois, votre premier instinct est de vous retirer de la police de vos parents lorsque vous étudiez à l’extérieur pour ne pas avoir à dépenser plus. Vous pouvez économiser davantage à long terme en continuant d’être couvert par la police de vos parents et en cumulant des années d’expérience de conduite non interrompues. C’est un avantage que vous apprécierez lorsque viendra le temps de souscrire votre propre police.

Choisir la protection qui vous convient

Meghan a choisi une assurance « tout-en-un », qui comprend la garantie Collision et la garantie Tous les risques sauf collision ou renversement. La garantie Collision protège sa voiture si elle est endommagée dans un accident, et la garantie Tous les risques sauf collision ou renversement fournit une protection contre le vol, le vandalisme, les dommages causés par les intempéries et davantage. Sa police comprend également une clause de pardon d’accident, ce qui signifie que son dossier de conduite sera protégé si elle a un accident dont elle est responsable.

La terminologie à elle seule peut rendre la souscription d’une assurance automobile complexe, mais M. Mamdani dit qu’une bonne façon de commencer est d’examiner les garanties obligatoires :

  • Assurance responsabilité – une protection financière si vous blessez quelqu’un ou causez des dommages matériels.
  • Dommages matériels – vous couvre pour les dommages à votre véhicule si vous avez un accident dont vous n’êtes pas responsable ;
  • Indemnités d’accident – vous verse une indemnité si vous êtes blessé dans un accident de voiture, ou verse une indemnité à votre conjoint, votre partenaire ou vos enfants à charge si vous décédez des suites d’un accident.

Selon lui, les garanties d’assurance complémentaires les plus populaires sont les suivantes :

Parmi les autres garanties supplémentaires facultatives, on retrouve des couvertures contre la perte, les dommages ou le vol d’un véhicule n’appartenant pas à l’assuré comme un véhicule de location, et un avenant d’indemnisation sans dépréciation, qui garantit qu’aucune dépréciation ne sera appliquée à un véhicule de moins de deux ans.

Peu importe la police et les garanties supplémentaires que vous choisissez, M. Mamdani affirme que la meilleure façon d’économiser est d’avoir un bon dossier de conduite sans infraction ni accident responsable, et de toujours payer vos factures à temps.

Certaines règles relatives à l’assurance automobile peuvent varier d’une province à l’autre ; par conséquent, assurez-vous d’obtenir des conseils auprès d’un conseiller autorisé en assurance.

Cliquez ici pour en apprendre plus sur l’assurance automobile.

Obtenez des conseils de conduite, notamment sur ce qu'il faut faire si vous avez un accident dans un parc de stationnement.

 

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.