Un budget peut vous aider à gérer vos dépenses, à rembourser vos dettes et à planifier pour l'avenir.

L’établissement des priorités et la souplesse sont deux aspects centraux de la budgétisation. Vous devez gérer votre argent de manière à payer d’abord les dépenses qui sont essentielles à votre style de vie et à l’atteinte de vos objectifs. En cas de changement de votre situation financière, vous devez avoir la souplesse nécessaire pour modifier votre budget et vos dépenses prioritaires selon votre nouvelle réalité. Les constatations de l’Enquête canadienne sur les capacités financières de 2019 révèlent que près de la moitié des Canadiens (49 %) utilisent un budget pour gérer leur argent.

Se fixer un objectif

Même si on comprend l’utilité du budget, on n’a pas toujours envie d’en créer un. C’est une bonne idée d’avoir un objectif en tête au moment de l’établir, question d’avoir plus de chance de le respecter.

  • Voici quelques exemples d’objectifs que vous pourriez vous fixer :
  • Rembourser une dette
  • Gérer ses entrées et sorties d’argent pour être capable de vivre à l’aise et non au jour le jour
  • Épargner pour un achat important comme une maison ou une voiture
  • Épargner pour des vacances
  • Augmenter son revenu disponible pour l’épargne et les placements

Mise en route

Calculez vos revenus et dépenses de chaque mois. De manière à utiliser des données plus exactes, essayez de faire le suivi de vos dépenses sur un ou deux mois. N’oubliez pas d’inclure certaines dépenses comme votre café matinal, les repas à apporter et les billets de cinéma. Vous aurez ainsi une meilleure idée de la manière dont vous dépensez votre argent. Vous pourriez toutefois avoir de la difficulté à faire le suivi de chaque achat, surtout si cette tâche est nouvelle pour vous. Vérifiez si votre banque offre un service de suivi de vos dépenses comme l’appli NOMI de RBC. Soyez hyper conscient de chaque dépense et prenez soin de consigner le tout dans une feuille de calcul, une note de votre téléphone ou une appli. Il existe de nombreuses applis à votre disposition comme Mint ou Pocketguard. Il revient néanmoins à vous de faire des recherches pour trouver celle qui vous convient.

Une fois que vous avez en main les résultats, comparez vos revenus mensuels après impôt et vos dépenses. Si vous dépensez plus que ce que vous gagnez, commencez par réduire vos dépenses, lorsque c’est possible. Vous pouvez y arriver de multiples façons, par exemple, en annulant votre abonnement aux services de diffusion en continu que vous utilisez peu, en tempérant votre habitude excessive à commander au restaurant ou en prenant des mesures plus sérieuses comme vendre votre véhicule.

Diviser pour gagner

Répartissez vos dépenses par catégories : fixes, souples et futures.

  • Vos dépenses « fixes » couvrent les coûts de première nécessité (versements hypothécaires, factures de services publics, nourriture).
  • Les dépenses dites « souples » ne sont pas primordiales, mais rendent la vie plus agréable (divertissement, cadeaux, abonnement et voyage).
  • Les dépenses « futures » comprennent l’épargne et l’argent dont vous aurez besoin dans le futur (placements, fonds d’urgence et assurance).

Une bonne façon de répartir ces dépenses est d’utiliser la règle du 50-30-20, popularisée par la sénatrice Elizabeth Warren dans son livre « All Your Worth: The Ultimate Lifetime Money Plan ».

Les dépenses fixes
Les dépenses souples
Les dépenses futures

Infographie - Établir un budget

Infographie - Établir un budget : étapes faciles, conseils et astuces

Revoir/recalculer

Prévoyez du temps pour revoir votre budget chaque mois. Si vous avez de la difficulté à le respecter, c’est peut-être le temps d’essayer quelque chose de nouveau. Votre budget doit être réaliste et non une nouvelle mission impossible.

Adoptez une approche qui VOUS convient. Faites le suivi de vos dépenses dans une feuille de calcul, ayez sur vous de l’argent comptant plutôt que votre carte de crédit ou, comme 20 % des Canadiens, utilisez un logiciel ou une appli mobile pour gérer votre argent. Voici quelques exemples d’outils utiles : Mint, Mvelopes et Budget Planner de l’ACFC. Peu importe votre approche, trouvez une stratégie qui fonctionne pour vous.

Source :

Agence de la consommation en matière financière du Canada. Les Canadiens et leur argent : principales constatations de l’Enquête canadienne sur les capacités financières de 2019

50 % – Les dépenses fixes dites essentielles (cette liste peut différer d’une personne à une autre)

  • Habitation
  • Services publics
  • Frais de transport
  • Remboursement de prêt
  • Garde d’enfants
  • Produits alimentaires de base
  • Assurance (auto et habitation)

LE SAVIEZ-VOUS ? Selon certaines recommandations, le coût total de vos frais d’habitation ne devrait pas dépasser les 30 % à 32 % de votre revenu brut.

30 % – Les dépenses souples dites non essentielles

  • Frais de divertissement
  • Abonnements (Netflix, magasine, centre de conditionnement physique, etc.)
  • Services (soins professionnels, entretien ménager, livraison de nourriture, etc.)
  • Voyages

FAIT : Les personnes qui disposent d’un budget sont moins à risque que les autres de dépenser plus qu’elles ne gagnent (18 % par rapport à 29 %).

20 % – Les dépenses futures dites éventuelles

  • Fonds d’urgence
  • Placements (REER, REEE, FPG, CPG, etc.)
  • Polices d’assurance (assurance vie, invalidité ou maladie grave)
  • Épargne générale

FAIT : Si vous êtes payé tous les deux semaines et que vous mettez 50 $ de côté par paie, vous aurez épargné 1 300 $ avant intérêts au bout d’une année.

 


Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.